Je ne connais rien au footbal, pour moi "le stade", c’est le nom du bistrot ou j’ai passé de nombreuses heures dans mes années lycée. Je ne comprends rien aux jeux de ballon et les enjeux financiers qui les accompagnent me dépassent complètement.

Et pourtant, il m’est arrivé plus d’une fois de me passionner pour un match de football, de goûter l’ambiance de la salle, les cris, les encouragements les récriminations, la ferveur des spectateurs, la clameur qui traverse les salons et envahit les rues quand un but est marqué… Je dois l'avouer, tout cela m’amuse.

Je passerai rapidement sur les péripéties de ce week-end et les émois  de starlettes des joueurs (ils sont pas payés taper en équipe dans un ballon ? sinon on leur en file chacun un et ils restent à la maison ! Non ?).

J’étais dans la voiture à l’horaire du match et je me suis fait un petit plaisir : j’ai abandonné France Inter pour trouver une retransmission radio. Un régal ! les termes choisis pour accompagner  les actions, le débit de paroles qui s’accélère dangereusement dès qu’un but est frôlé, les cris, le ton… moi qui ne comprends rien aux règles du jeu (mes quatre fils prétendent que c’est tout de même pas compliqué), la radio me fait vivre le match bien plus savoureusement que lorsque je le vois se dérouler sur un écran. Et là, c’était un festival ! L’espoir accompagnait les présentateurs dès le début du match, relayé rapidement par le mépris et l’incompréhension (je le disais déjà en 98…), peu à peu, au fur et à mesure de l’avancée des buts de l’Afrique du Sud, la compassion s’est installée, évoquant le chaos, les joueurs désorientés, le supplice et l’envie perceptible, pour les joueurs (comme pour les commentateurs) que cette bérézina se termine enfin et qu’ils puissent enfin se terrer dans un coin et se mettre un oreiller sur la tête jusqu’à ce que tout le monde oublie, si c’est possible, cette honte bue jusqu’à la lie. Et puis, contre toute attente, l’angle de vue des journalistes à quitté l’Équipe de France, les commentateurs en venaient à espérer un but supplémentaire des adversaires, pour qu’au moins, il sorte quelque chose de bénéfique de ce match si douloureux pour les français…  Le but marqué par les bleus les a interloqués, brisant presque les espoirs, plus personne n’y croyait…

J’ai dû être la seule à sourire durant ce match (et à passer un bon moment… sémantique !), mais après tout, tout cela n’est qu’un jeu, qu’il est bon de le remettre à sa place… Allez les enfants  français, assez joué,  on rentre à la maison !

J'ai un joueur à proposer pour le prochain match de l'équipe de France...

2010_06_22_2493_modifi__12010_06_22_25322010_06_22_25342010_06_22_2527