DSC_0011

Week end de mai, week end de Féria à Nîmes... La ville a sorti ses fanions colorés, ses parfums de mergez mêlées de pop corn des bodegas apparues un peu partout à grand renfort de matériel de son et de lumière. Mais sa joyeuse effervescence flotte au gré de l’eau des trottoirs. Le ciel bien trop bas et si gris menace les passants grelottants. Sur l'avenue Victor Hugo, un immense panneau numérique bien ringard scintillant de milliers de leds affiche "la Bodéga de Victor" ; je me demande ce qu'en penserait le poète !

J’ai traversé le coeur de la ville, attentive aux pavés glissants et puis je me suis faufilée jusqu'à l’épicerie, hésitante devant les linéaires pour choisir finalement un de ces paquets de galettes suédoises luisantes de beurre et de chocolat qui vont venir embellir le moelleux de mes hanches mais réconforter mes papilles de leur douceur un peu écœurante...

Je me suis blottie sous ma couette, pour regarder Millers’s Crossing, des frères Coen, dans un déluge de feu et de sang, le film était encore plus noir que mon esprit... plus cynique mais plus romantique aussi !

Dehors, j’entendais par moments les bandas qui tentaient d'entraîner la foule clairsemée et un peu déçue...  Demain, les murs de l’appartement vibreront des basses qui résonneront dans toute la ville, je crois que j’irai faire la fête aussi, vivre cette ambiance un peu folle, rire et s’amuser avec des amis, danser aussi... Pourvu que le ciel dépourvu d’étoiles cesse de verser tant de larmes !