DSC_0009

DSC_0010

DSC_0002

Et voilà, après avoir claqué des pieds toute la matinée, j’ai ressorti mes chaussettes rayées, mes boots et mon manteau. J’ai hésité pour l’écharpe de laine… D’habitude, elles sont tellement bien rangées qu’il me faut toujours quelques jours de fouille pour remettre la main dessus. Là, je me souvenais parfaitement de leur emplacement, au fond du tiroir avec les gros collants, comme si je les avais rangés il y a quelque semaines à peine… J’ai regardé le ciel brumeux de fin octobre s’emmitoufler de nuages gris en paressant mollement, je me suis dit qu’il faudrait penser à acheter des bonbons pour Halloween qui approche.

C’est là que j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose qui clochait, une erreur système, peut être un bug dans mon cerveau, l’âge ? déjà ?

Je n’ai aucun souvenir de l’été 2013… J’ai beau chercher, pas de chaudes journées d’été, de maillots de bains mouillés et salés, de frais rosés bus jusque tard dans la nuit, les robes légères et les ongles vernis, les glaces à l’eau, les pédalos… Black out. Complet.

P. est entrée dans la boutique en bougonnant, elle parlait du chauffage qu’elle allait rallumer, du cachemire et de la veste de laine vendus à une cliente glacée. J’ai dit que c’était de saison finalement, le temps de l’hiver était revenu, que nous allions bientôt penser à Noël. Elle m’a répondu effarée, un laconique « t’es pas bien toi !», elle avait l’air d’espérer un redoux, l’achat de nu-pieds colorés, elle parlait de maillots de bain et de tee-shirt en lin… Je n’étais donc pas seule à avoir occulté l’été ! En regardant les vitrines où velours, bottes et manteaux bien chauds étaient absents,  je me suis dit que nous étions peut être des milliers…

J’ai scruté le ciel… aucun doute possible, il s’était passé quelque chose… le temps avait filé alors même que nos mémoires n’en avaient aucun souvenir, un choc spatio-temporel, l’intervention de petits bonshommes verts, un complot mondial ? Je ne sais pas… Cinq mois s’étaient tout bonnement évaporés. Autour de moi, ils semblaient encore tous se croire fin mai, alors que le ciel ne pouvait pas mentir à ce point…  Il était 16h et la nuit tombait presque déjà ! Il fallait être réaliste, le réveil allait être difficile : sans nous en apercevoir, nous allions déjà gagner novembre…

Mais enfin, que s’était-il donc passé ?